Archives de Tag: Youcat

LIVRE : Youcat

Certes, je ne ménage pas les Catholiques intégristes ces derniers temps… Mais n’en déduisez rien sur ma relation au catholicisme !

D’ailleurs, il y a un très bon livre, je trouve, pour comprendre la théologie catholique. C’est tout simplement le catéchisme de l’Eglise catholique pour les jeunes, Youcat (traduit de l’original en Allemand).

Benoît XVI préface :

Vous devez savoir en quoi vous croyez. […] Vous devez comprendre [votre foi] comme un bon musicien comprend sa partition. Vous devez être encore plus enracinés dans votre foi que la génération de vos parents, pour affronter avec courage et détermination les défis et les tentations de notre époque.  (page 10)

* Agréable à feuilleter, bien mis en page, bien illustré, le livre sorti en 2011 à l’occasion des Journées Mondiales de la Jeunesse de Madrid, n’a rien de poussiéreux.

* Il fonctionne par questions-réponses, 527 au total, classées par thèmes. Un index des mots clés permet de s’y retrouver très facilement. Il y a des questions plus "théoriques", comme "Quel était le destin de Dieu quand il a créé le monde" (48), et d’autres plus "pratiques", comme "Quel est le devoir des managers et des dirigeants d’entreprise?" (443).

* Bien sûr, il n’est pas question ici d’évaluer la doctrine enseignée pour elle-même, mais la façon dont elle est exposée. L’intérêt de consulter un tel ouvrage, c’est de comprendre la foi catholique, son raisonnement, et Youcat est un excellent outil pour y parvenir ou du moins commencer à s’y intéresser.

La première partie, « Ce que nous croyons », expose, entre autres, la doctrine de la rédemption. Or, parfois, je me demande si des amis catholiques proches (pas tous !) en ont déjà entendu parlé ! Bref, en théorie, c’est toujours au programme…

La troisième partie, « la célébration des mystères chrétiens », traite de la liturgie et des sacrements. C’est celle qui m’a le plus intéressée. On raconte beaucoup de choses sur l’eucharistie (la messe) ou le sacrement de réconciliation (la confession) chez les Protestants. C’est bon de savoir de quoi il en retourne exactement pour engager de bonnes discussions. Combien de fois c’est moi qui ai appris à des amis catholiques la signification exacte de l’eucharistie (et combien de fois, je me rends compte qu’ils n’y adhèrent pas pleinement…) !

* Sur chaque page, en plus des questions-réponses, se trouvent des passages de l’Ecriture et des citations de Chrétiens (et de quelques philosophes et artistes) des premiers temps à nos jours, de toutes les tendances. Pour vous donner une idée de la diversité : Thomas a Kempis, Mère Teresa, Aristote, C. S. Lewis, Martin Luther, Saint Augustin, Saint Curé d’Ars, Blaise Pascal… Et elles sont presque toutes très pertinentes !

* Enfin, quid de l’autorité de la Bible dans Youcat ? J’en profite pour faire un topo général sur la différence entre les deux confessions, catholique et protestante. Les auteurs ont pris un grand soin à justifier leurs croyances par des références à la Bible. Contrairement à une légende tenace, elle n’est pas absente. Mais, la Bible est toujours associée à la tradition et à l’enseignement de l’Eglise.

On en revient inexorablement au débat de la Réforme, qui est toujours actuel. Les Réformateurs n’ont pas opéré une révolution en proclament l’autorité de l’Ecriture (l’Eglise catholique la reconnaît sans réserve) mais en distinguant l’Ecriture de l’Eglise. On pourrait comparer la théologie catholique à un édifice : la Bible forme les fondations et l’enseignement de l’Eglise les divers étages. L’Ecriture parvient au fidèle commentée et interprétée, tout un discours ecclésiastique l’enrobe. Les réformateurs ont montré que le fondement n’autorisait en aucune manière ce que l’on avait bâti au-dessus au fil des âges. Au lieu de se servir de la Bible afin de légitimer les doctrines et pratiques de l’Eglise, ils lui ont demandé de les bousculer. Alors que pour le protestant l’Eglise est jugée par l’Ecriture, pour le catholique, l’Ecriture exerce son autorité à travers ce que dit et fait l’Eglise. Je pense que c’est là ce qui explique que le lecteur de sensibilité protestante trouvera que tout n’est pas fidèle à l’enseignement de la Bible et sera mal-à-l’aise, ça a été mon cas, face à tout ce qui est brodé autour d’une référence biblique…